MOOK : objet éditorial

En mots



Depuis plusieurs années, nous voyons fleurir dans les librairies un nouveau type d’objet éditorial : le mook. À mi-chemin entre un magazine et un livre (« book » en anglais), les mooks continuent de nous séduire par leur différence, dans
le graphisme, l’iconographie, un ton souvent décalé…

Le contenu privilégie les grands reportages et les enquêtes,
les articles sont plus longs, plus approfondis, se permettant
des écarts de ton, entre des sujets légers et des éléments plus denses, de contexte historique par exemple. Ce sont des récits que l’on retient, marquants, empreints de storytelling. Les textes sont soutenus par des illustrations, des belles photographies ou encore de la bande dessinée, les mises en page sont travaillées de façon artistique. Ces supports correspondent à une envie des lecteurs, quelque part entre le tweet et le livre de 200 pages.

La tendance est à la qualité et l’originalité. La communication écrite vit des heures difficiles : digitalisation des contenus, éparpillement des sources d’informations, course à l’instantané… C’est exactement l’inverse que proposent les mooks et c’est
ce qui nous séduit ! Renouer avec un travail journalistique exigeant tout en travaillant l’esthétisme, en jouant sur la complémentarité entre les images, le graphisme et le texte.

Cimaya joue en permanence sur cette complémentarité
et essaie d’insuffler cette exigence à tous ses supports !

En images

En expertises

  • Conseil & stratégie
  • Conception & rédaction
  • Design graphique
  • Direction artistique
  • Photographie & vidéo
  • Production imprimée
  • Webdesign & développement

Votre avis nous intéresse

Votre note sur 5

1
2
3
4
5

0 vote